Imprimer

Questions et inventaires preliminaires

Dans un village, un quartier.. au sein d'un groupe de réflexion ou d'un conseil municipal... Quelques questions prélimiaires à soulever pour se préparer à une transition vers un monde sans pétrole.

  • Où en sont les sources, les ressources et les points d’eau potables ? 
    S'il n'en existe pas, peut-on en créer ?
    S'il en existe, sont-ils suffisamment en état pour fournir de l’eau propre, en l’absence d’arrivée d’eau au robinet ?
  • Que se passerait-il en cas de rupture de services de la compagnie qui gère les eaux ?
  • Y a-t-il des puits non pollués, des pompes à bras, des bassins, des sources ou des ruisseaux et dans quel état sont-ils actuellement ?  
  • Inventaire de la situation immobilière du village : surfaces de terres cultivées, prairies, friches, bois et forêts ; toutes ces terres devant être travaillées manuellement et il faudra nécessairement en tirer ce dont on a besoin (nourriture, habillement, bois de cuisine et d’oeuvre, de clôtures (disparition du grillage et fil de fer)… etc.. etc...
  • Stocks alimentaires: quels sont les stocks réels ou potentiels dont dispose chaque habitant du village. Quelles sont les surfaces cultivables globales ? Que représentent t-elles par habitant ?Savoir faire : Lister les acteurs ayant des capacités particulières utiles dans un monde sans pétrole : artisans ou ouvriers spécialisés, en étant conscient du fait que les moteurs ne fonctionnent plus et qu’il faudra dorénavant faire à la main ou en utilisant les énergies locales potentielles (cours d’eau, vent, soleil)
    • Dans certains cas, les surfaces agricoles seront inexploitables sans matériels à moteur. Dans ces conditions, comment répartir les terres pour qu’elle puissent être travaillées par ceux qui n’en n’ont pas ?
  • Inventaire de tout le cheptel du village : y a-t-il des élevages industriels (qui devront être démantelés en l’absence de nourriture industrielle pour le bétail, d’électricité pour leur fonctionnement leur chauffage et éclairage, de la traite, absence d’eau pour l’abreuvage, etc..)
  • Inventaire des plantes sauvages comestibles : de très nombreuses plantes sauvages peuvent se manger ou être utiles et nous risquons fort d’en avoir grand besoin, le temps de mettre sur pied une agriculture locale efficace... Mais il faut mieux les connaître et les recenser.
  • Inventaire de la faune sauvage : la présence, la surabondance ou l’absence de certains gibiers pourrait poser des problèmes au niveau de l’agriculture et en l’absence de chasse.
  • Inventaire des bâtiments et des dépendances : il faudra pouvoir loger tout le monde y compris la masse des citadins qui pourrait arriver de la ville.
  • Inventaire des bois et forêts : le moment venu ce sera la seule énergie disponible pour cuisiner. Selon les régions il faudra même contrôler les forêts pour éviter l’abatage sauvage. Par ailleurs il faudra rationner le bois qui risque de devenir très rare puisque ce sera la seule source d’énergie possible pour se chauffer.
  • Recenser, conserver et développer les variétés anciennes et résistantes de fruits et légumes typiquement locales, stocker suffisamment de semences pour cultiver la terre le moment venu (deux années de semences au minimum)