Imprimer

Liste des initiatives communales prioritaires

 

Anticipation - prévention - Action 

Pour financer les projets, instaurer une forme de taxe ou de charge contrainte sur les terres en friche et les terrains agraires délaissés ou inoccupés pour inciter les propriétaires à céder sous une forme ou une autre leurs aires inexploitées.



Planter dès aujourd’hui : noyers, noisetiers, fruitiers, oliviers sur les terres communales : un noyer met 15 à 20 ans à produire des noix, un taillis met 10 ans à produire du bois de chauffage. Il y a donc urgence.

Les pompes d’alimentation en eau sont-elles autonomes ? Ne faut-il pas mettre en place des panneaux solaires pour assurer leur indépendance ?

  Pourquoi ne pas facturer plus cher l’eau consommée au delà d’un certain volume considéré comme nécessaire ? Les ressources dégagées permettraient d’assurer l’autonomie des pompes et / ou la rénovation des bassins de rétention d’eau.
 

 Faut-il contraindre l’ensemble de propriétaires à s’équiper, si ce n’est déjà fait, d’installations citernes pour collecter les eaux pluviales.

prioritaire

Ne pas jeter tous outils et machines manuelles et traction animale. Créer dans chaque commune une sorte de musée d’exposition et de stockage des outils anciens qui pourraient servir plus tard.



Créer des clubs d’animation pour entretenir harnachements et élever des animaux de trait et des animaux utiles qui seraient en charge par les enfants des écoles et leurs enseignants volontaires.

Organiser les jardins ouvriers. Pourquoi ne pas organiser dès maintenant la location de jardins familiaux et attirer préventivement les jardiniers en herbe des grandes villes voisines ?



Créer des ateliers permettant l’autoconstruction de chauffe eau et de cuiseurs solaires, etc...



Inciter et former chaque famille à mettre en place un lombricomposteur et pour ceux qui ont un jardin un centre de compostage.



Restructurer ce qui a été démembré : les haies auront de nouveau une importance vitale : alimentaire, bois de taillis, utilitaire (vannerie), nourriture du bétail, clôtures, protection contre l’érosion, maintien de la bio-diversité, etc… il faut en replanter un maximum de variétés, les plus diversifiées possibles.



Réparer et-ou construire des fours à pain fonctionnant au bois, de même que les possibilités de mouture du grain (remettre en état les moulins hydrauliques).



Interdire toute construction nouvelle située dans une zone cultivable pour préserver les terres alimentaires.




Créer des clubs de réflexion en charge d’imaginer ce qui se passerait en l’absence de pétrole afin de prévoir ce que seront les réactions et les besoins de chacun.

Créer une école des jardiniers pour les petits à l’école et les grands dans les champs...

Se préparer à un autre état d'esprit : la société moderne a fait de nous des individualistes égoïstes sous des apparences altruistes. Créer des comités de quartier favorisant les échanges de moyens, de savoir faire et de solidarité.


 Créer des groupes “nature et découvertes” avec pour objectif d’identifier et localiser les plantes sauvages comestibles.

 Vous avez des remarques à faire, d'autres idées ? Proposez les....